Le CMC publie un spécial sur "Le Maroc face à la pandémie: Quel impact socio-économique ?"

Le Centre marocain de conjoncture (CMC) a publié, mardi, un spécial sur "le Maroc face à la pandémie : Quel impact socio-économique ?", dans lequel il traite de l’ampleur de l'impact de la crise du nouveau coronavirus sur l’économie nationale.
Source : Mapnews
Posté Le : Mercredi 20 mai 2020

Paru dans le 324ème numéro de la publication mensuelle "Maroc Conjoncture" du CMC, ce spécial aborde plusieurs thématiques liées à la crise actuelle, dont "Le Monde d’Après...le Covid-19 : Crépuscule de la mondialisation ?", "Covid-19 : Un impact sectoriel sévère mais difficile à évaluer", "Mesures de Soutien aux Entreprises et aux Ménages : Quel impact pour quelle efficacité ?", "Gouverner les Catastrophes : Quels nouveaux instruments pour faire face à la montée des risques ?"

Après avoir mis l'accent sur la nécessité d'élaborer de nouveaux modèles de société pour construire le monde d'après le Covid-19, le CMC aborde dans son 2ème axe intitulé "Le Maroc Face à la Pandémie : Quel impact au plan économique ?", l'impact de la crise sanitaire au Maroc qui se ressent sur de nombreux secteurs d’activité les plus exposés avec une forte contraction de la production, des revenus et de l’emploi.

Dans l’hypothèse d’un redressement graduel de l’activité au second semestre, le CMC estime, au vu des données actuelles, la perte de valeur ajoutée au plan global durant la période de confinement, extrapolée à l’ensemble de l’année, aux environs de 3,2%, un résultat qui s’accompagnerait de fortes tensions sur les équilibres, interne et externe.

L'axe "Gouverner les Catastrophes : Quels nouveaux instruments pour faire face à la montée des risques ?" souligne l'intérêt de trouver des stratégies adéquates pour gérer les catastrophes, notant qu'au Maroc, la mise en place de mécanismes d'assurances et de mécanismes de solidarité couvrant plusieurs types de risques est déjà effectif.

Cependant, le CMC fait état du manque d’une vision stratégique de long-terme, qui transcende les visions sectorielles, ajoutant qu'une prise en compte de la totalité des risques importants, dont les crises sanitaires, devrait être pensée.

Le CMC note toutefois que la pause forcée de plusieurs unités de production et de transport, en raison de la pandémie, n'est pas une situation propre à l’économie marocaine. Cette crise qui n'a épargné aucun secteur, serait importante par comparaison aux crises mondiales auxquelles le Maroc, comme d’ailleurs plusieurs autres pays de par le monde, ont fait face par le passé.